Un ancien général syrien parle sur l’emploi des gaz de combat

En réponse à l’usage de l’arme chimique

Dans la nuit du 13 au 14 avril 2018, les forces américaines, avec l’appui des Britanniques et des Français, ont effectué une série de raids contre trois cibles du régime syrien, à Damas et à Homs. Ces attaques ont touché des objectifs qui, selon les pays occidentaux, concernent « les capacités d’armes chimiques » de Bachar Al-Assad. C’est une réponse à l’utilisation des gaz de combat contre des populations civiles, dont l’Occident accuse le régime, encore récemment dans la Ghouta. Il convient sur ce sujet de parler d’une hypothèse, fût-elle forte et pour beaucoup une conviction, tant que des preuves indiscutables n’ont pas été données à l’opinion publique. Néanmoins les indices s’accumulent. Or, étrangement, le régime syrien a refusé jusqu’au dernier moment que des enquêteurs des Nations Unies se rendent sur place. On sait néanmoins ces retournements de l’ultime minute souvent servir de prélude à de nouvelles discussions sans issue. La promesse des Russes, en septembre 2013, de neutraliser les capacités chimiques de l’armée syrienne, en est un exemple. De plus, même si nous n’avons pas une confiance aveugle dans la sincérité des gouvernements de nos pays, nous ne croyons pas qu’ils frôleraient une guerre mondiale sans disposer d’informations convaincantes.

Nous produisons ce document comme pièce à joindre au dossier, pour aider les uns et les autres à se faire une opinion.

Interview du général Zaher As-Saket,
ancien chef d’UNITÉ Chimique dANS L’armée syrienne

Zaher al-Saket, ancien général de l'armée syrienne.

Zaher as-Saket, ancien général de l’armée syrienne.

Cette interview a été accordée par le général Zaher As-Saket, d’Alep (de Bab Al-Hadid), né le 5 janvier 1963 et fils d’Abdel Rahman As-Saket. Il était le chef du département chimique dans la 5ème division. Il avait environ 500 hommes sous ses ordres. Il était chargé de former les soldats pour réagir dans un environnement militaire d’utilisation de l’arme chimique (les gaz de combat). Il avait aussi une mission d’évaluation en matière d’armes chimiques en cas d’attaque ennemie. Il servait sous les ordres du « liwa » (major général) Ali Hassan Ammar.

Il est entré dans l’arme chimique en 1981. Quand les premières manifestations pacifiques ont éclaté, en mars 2011, il servait dans l’unité arme chimique de la Ferqa 5 (5ème division).

Zaher As-Saket se rend compte des mensonges du régime

« Au début, dit-il, j’ai cru la propagande du régime et pensais que c’était vraiment des terroristes qui attaquaient à Deraa et dans les autres villes. Puis j’ai reçu l’ordre de faire fabriquer 800 cocktails Molotov par mes hommes. Je me suis demandé pourquoi. C’est une arme utilisée normalement par des manifestants ou une opposition violente. Pas par une armée régulière. Puis l’armée syrienne a placé ces cocktails Molotov à la mosquée Al-Omari, à Deraa, où avaient séjourné les opposants. Par voie de presse, les autorités ont accusé l’opposition d’avoir fabriqué ces Molotov pour attaquer les forces du régime. J’ai alors compris que le régime mentait sur la réalité des événements. Puis j’ai assisté de mes propres yeux à des tirs de canons dirigés non contre de supposées positions d’une opposition armée qui n’existait alors pas, mais contre la population. Des officiers supérieurs en faisaient un jeu ».

Les soupçons se faisant de plus en plus pesant sur lui et son désaccord avec la politique menée allant croissant, il a fini par prendre des contacts indirects avec l’opposition. Pour exercer une influence sur lui, le régime a alors emprisonné l’un de ses fils, se servant de lui comme d’un otage. Le jeune homme a été durement torturé.

Le régime torture son fils

Saket explique : « Le régime a l’habitude de faire cela depuis 1981-1982, lorsque les Frères musulmans se sont rebellés contre lui. C’est devenu alors une habitude d’arrêter les proches, de les garder en otages et de les torturer ».

Dans son bataillon, ils avaient uniquement deux gaz à disposition : du « chlore bekrine », dit-il, en fait de la chloropicrine, et du chlore astofinoun, plus exactement de la chloro-acetophenone, pour entraîner les soldats à subir une attaque chimique.    

Au mois d’août 2012, il a été appelé avec ses adjoints par le liwa Ali Hassan Ammar. Il raconte :

Le régime lui remet des gaz de combat

« On m’a donné les produits de la part du liwa Ali Hassan Ammar. C’étaient trois petits containers contenant chacun cinq litres de phosgène. Enfin, de phosgène de laboratoire et non pas ce que l’on appelle généralement du phosgène. On expose le produit au soleil dans des bouteilles de verre pendant 24 heures. Pratiquement, pendant deux jours d’affilée. Il se transforme ainsi en phosgène sous l’effet de la lumière du soleil et devient un agent suffocant. C’est un procédé artisanal qui était utilisé.

J’ai reçu ces trois containers pour les entreposer. Ils ont été utilisés à Cheikh-Meskine  au mois d’octobre 2012, dans la région du Hirak au mois de janvier 2013 et dans la région de Bosra el Harir là aussi au mois de janvier. (N. du T. : Ces agglomérations se trouvent à une vingtaine de km au nord et au nord-ouest de Deraa).

 Après le tir du projectile, un nuage se serait alors constitué qui se serait dirigé sur la ville. Cela aurait pu toucher 10% de la population. Je n’ai pas supporté cette idée. J’ai remplacé le phosgène par de l’eau de javel qui est sans danger. Puis certains de mes hommes, qui ont déserté plus tard avec moi, pour s’en débarrasser, ont enterré la matière toxique profondément dans des endroits isolés.

 Il y a eu ensuite deux batailles, une à Hirak, en janvier 2013, et l’autre à Amoud Horan, dans le secteur de Bosra el Harir. On était entré dans la phase de la rébellion armée. A Bosra el Harir, les combats étaient très durs. L’armée avait beaucoup de pertes. Ordre a été donné de mettre en œuvre les charges de phosgène. Puis la troupe a avancé, sûre que l’ennemi était neutralisé par le gaz. Mais elle a été accueillie par un feu nourri occasionnant de nouvelles pertes dans ses rangs. Des collègues officiers et mes supérieurs ont alors commencé à douter sérieusement de moi ».

La pression montant, il explique : « J’ai fini par quitter la Syrie avec l’aide de l’opposition. Je suis parti avec quelques-uns de mes hommes et nous avons rejoint la Jordanie. Aujourd’hui, je suis en Belgique avec ma famille ». Saket dit avoir récupéré son fils détenu avec de l’argent. Nous avions déjà remarqué la facilité avec laquelle les officiers syriens se laissaient corrompre, quand ils occupaient le Liban.

Pour Saket, aucun doute que le régime continue d’utiliser les gaz de combat

Enfants syriens morts suite aux frappes du régime avec le gaz sarin

Le 4 avril 2017. Khan Chikhoun, des enfants syriens morts suite à des attaques au gaz sarin, d’après les accusations de l’opposition.

Saket ne doute pas une seconde que le régime ait à nouveau utilisé les gaz de combat dans la région de la Ghouta. Mais il précise : « Néanmoins, je ne pense pas que le plus important dans la décision de lancer des attaques chimiques soit de tuer. A mon avis, le régime cherche surtout à faire peur aux civils. Je crois qu’il essaie par ce moyen de chasser les habitants afin, comme il a commencé à le faire, de faciliter le transfert de populations iraniennes sur les territoires qui lui sont hostiles. Parce que l’arme chimique inspire une véritable terreur, une peur bien plus grande que les balles ou les obus ». 

Quant aux preuves, il sourit. « Demandez donc aux officiers de l’armée, rétorque-t-il. En interne, le cercle proche de Assad montre de la fierté pour cela. Lors de meetings officiels avec les officiers de l’armée, ces proches d’Assad expriment ouvertement ce sentiment en le proclamant. Cela sert aussi de test. Si un officier a l’air de désapprouver, il est arrêté et il disparaît dans les prisons du régime. Je peux vous affirmer, tous les officiers supérieurs sont informés et complices des crimes perpétrés contre notre population ».

Lire aussi:

Vous avez aimé? Partagez!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *